La Parentaise du Mercredi : auriez-vous fait tout de même une démarche d’adoption si vous aviez eu/pu avoir des enfants biologiques?

Pour répondre à cette question qui avait été proposée sur le forum privé de discussion, je vous propose de regarder le documentaire diffusé lundi soir notre combat pour adopter où la comédienne Ingrid Chauvin pointe du doigt les dysfonctionnements du système d’adoption français.

Son périple lève le voile sur une équation impossible : en France, 200 000 enfants sont pris en charge dans des structures et familles d’accueil, 13 000 couples possèdent un agrément mais seuls 10 % voient leur démarche aboutir et 1 200 adoptions nationales et internationales sont prononcées chaque année.

Pourquoi y a-t-il si peu de communication entre les travailleurs sociaux et les familles et aucune harmonisation au niveau national ? Comment accélérer l’adoption des enfants délaissés par leurs parents biologiques et placés dans des foyers ? Voilà autant de questions posées par Ingrid Chauvin, souvent très émue, en pointant du doigt les lourdeurs et les incohérences du système.

En partageant son expérience, ses doutes, ses interrogations, son impuissance et parfois sa colère, elle souhaite apporter un véritable éclairage sur ce projet si beau et si complexe qu’est l’adoption parcours semé d’embûches et de rebondissements. Il y est question également de renoncement et de deuil.

Lien vers le replay

Pour ceux/celles qui sont ou ont été en démarche d’adoption,
auriez-vous fait cette démarche si vous aviez eu/pu avoir des enfants biologiques ?

5 thoughts on “La Parentaise du Mercredi : auriez-vous fait tout de même une démarche d’adoption si vous aviez eu/pu avoir des enfants biologiques?”

  1. Je ne peux pas avoir d’enfant biologique et je ne peux pas non plus faire de démarche dans le sens de l’adoption. Pourquoi ? Car lorsque je me suis renseignée pour l’agrément, l’aimable employé de ma ville m’a répondu que mon compagnon est trop agé (plus de 40 ans), que nous ne gagnions pas assez d’argent (pourtant employés en CDI tous les 2) et que même si nous obtenions (par miracle !) notre agrément il y a déjà des centaines de dossiers prioritaires sur le notre… voilà comment on décourage les couples en France. Ingrid Chauvin à 100% raison d’en parler, notre système marche sur la tête.

  2. Merci pour le partage ! Je savais qu’il était très difficile d’adopter et que le taux d’aboutissement des démarches était bas mais je n’en connaissais pas les raisons. Je pense que c’est très difficile pour l’Etat de décider ce qui est mieux pour ces enfants malmenés par la vie (couper le lien avec leurs parents biologiques ou non) et c’est pour cela qu’on en reste au statu quo, ce qui semble être une forme de lâcheté…
    La question que tu poses en titre de ton article est intéressante,. L’adoption est une démarche tellement différente de celle d’avoir ses propres enfants, et je ne sais finalement pas si ces deux décisions sont toujours liées. Je connais des couples infertiles qui ne voudront jamais adopter, et au contraire des couples qui ont pu avoir des enfants biologiques et qui ont aussi adopté (c’était d’ailleurs tout autant le parcours du combattant pour eux, et cela a fini par fonctionner car ils ont été prêts à accueillir un enfant avec un handicap).

    1. La question posée était en fait proposée dans le forum privé de discussion par Kae Browneyes et j’espérais sur ce post avoir également le retour des personnes qui ont adopté pour avoir leur point de vue.

Laisser un commentaire